Le trio connaît son territoire par cœur. Jean-Jacques, André et Yannick composent l’un des quatre équipages de camions-bennes dédiés à la collecte en porte-à-porte des ordures ménagères. Livret de bord.

Jean-Jacques Kermoal collecte les déchets ménagers depuis trente-huit ans. Le rituel est immuable. La tournée débute à 4h30 pour s’achever en général vers 10h. En ce vendredi à la météo capricieuse, il est aux commandes d’un camion-benne de 19 tonnes. À l’arrière, les deux ripeurs, « Dédé » Porcher et Yannick Philip. « Il est essentiel de rester toujours sur le qui-vive, parfaitement concentré, surtout quand il faut circuler de nuit, sous le crachin ou dans la brume », explique le chauffeur. « À présent, on suit de nombreux stages de sécurité et de formation poids lourd. Quand j’ai débuté, il n’y avait rien de tout cela. On soulevait les conteneurs et on les faisait basculer dans le camion ». Jean-Jacques ne quitte pas des yeux ses collègues sur l’écran de la caméra. Les témoins lumineux s’allument quand ils remontent sur le marchepied. Que conseiller aux usagers désireux de leur faciliter le travail ? « Appliquer scrupuleusement les consignes des ambassadeurs du tri », résume-t-il. Peut-être aussi faire preuve de davantage de respect. « Il nous arrive de déplacer des voitures nous-mêmes parce qu’elles bloquent le passage. Certains conducteurs veulent nous dépasser à tout prix ou bien nous croisent à grande vitesse ». Il ne s’agit heureusement que d’une infime minorité. « Les gens nous saluent, nous offrent des croissants. On se sent appréciés. C’est une vraie forme de reconnaissance ».

« Les ordures ménagères sont collectées deux fois par semaine dans l’hypercentre de Saint-Pol-de-Léon, l’objectif étant de passer à terme à une levée hebdomadaire comme en périphérie et à la campagne », indique Gwénaëlle Groussac, responsable du service développement durable du Pays Léonard. D’ici à l’été 2012, une démarche identique sera entreprise à Roscoff. 7600 tonnes ont été collectées en porte-à-porte l’an dernier dans la communauté. Le site de Ty Korn à Plougoulm étant saturé, un projet de nouvelle déchèterie est à l’étude.