Haricot de mer, laitue de mer, dulse, kombu, nori… André Berthou récolte, selon les saisons et les marées, une quinzaine d’algues différentes sur les rives. Il en cultive aussi (wakamé) sur 1,5 hectare, en mer, entre Le Guilvinec et Kérity. « Cette année, nous avons tout perdu à cause des tempêtes de l’hiver. Tout a été arraché. »

Fraîches, sèches ou en conserve

André Berthou transforme lui-même ses algues de rive et les vend le samedi matin sur le marché de Quimper et le dimanche matin sur celui de La-Forêt-Fouesnant. Il les propose fraîches au gros sel, sèches en sachet ou en conserve. Ses produits se retrouvent aussi dans les rayons de quelques épiceries biologiques sous l’appellation Talibreizh. « Les vertues des algues sont peu connues ici. Nous n’avons pas la culture culinaire de ces produits de la mer. »

Vitamines et oligoéléments

Elles sont pourtant riches en oligoéléments, en vitamines, en protéines. La nori en contient jusqu’à 40% (taux de matière sèche). Elles se dégustent en tartares (préparation de dulse, de nori, d’ulve, de câpres, de cornichons, de noix et d’olives) ; marinées avec du citron ou du vinaigre de framboise ; en légume, comme des haricots…

Talibreizh – 14 rue Ponthier de Chamaillard – 29000 Quimper

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Anti-Spam Quiz: